The Jim Jones Revue, le rock'n'roll (sauvagement) pianotisé

Pour ceux qui se souviennent de Thee Hypnotics, sachez que Jim Jones, leader de cette formation de fous furieux qu'est The Jim Jones Revue, fut aussi le charismatique frontman de cette formation au rock poisseux, sonique à souhait, en d'autres occasions bluesy, "malsainement" bluesy, ou prenant des allures de gospel déviant. Réminiscente des Stooges, évoquant parfois Mudhoney, Thee Hypnotics s'est notamment distingué en 1991 avec un Soul, glitter and sin (Tales from the sonic underworld) qui figure dans mon top 10 de tous les temps.

Il a aujourd'hui changé de registre, le point commun aux deux gangs étant une forme de folie humaine et musicale, et s'adonne avec J.J.R. à un rock'n'roll à l'ancienne savamment mis au goût du jour et dopé à coups de piano trépidant (Elliot Mortimer rélise ici une prestation endiablée et ébou-riffante). Direct, immédiatement jouissif, joué pieds au plancher, ce rock du démon convoque les fantômes des légendes du genre, dont Little Richard ou les Cramps ("Fish 2 fry"), et le quintet signe un album éponyme ravageur, bourré de titres mémorables. Avec en prime des titres plus lents et tout aussi épris de folie comme le génial "Cement mixer". En plus de cela, "Here to save your soul", qui regroupe tous les singles des Anglais, vient de sortir et égale l'opus initial, c'est dire si le shoot est bon!

Sur scène, ces mecs déglinguent tout; j'irai pour ma part constater ça demain à Beauvais et vous conseille fortement de m'imiter.

The Jim Jones Revue - Princess & the frog
The Jim Jones Revue - Rock'n'roll psychosis

2 commentaires:

Ukhan Kizmiaz a dit…

ça donne le ton pour faire une review sur les Cramps !

radiokultura Noise R'us a dit…

sauvage! sauvage!, encoreeeeeeeeee!!